Pas de confinement pour la gazette d'Ambrussum

 

Voici le nouveau numéro de la gazette d'Ambrussum à dévorer sans modération

 

 

Aujourd'hui, en 2020, La planète se sent affreusement mal. Oui, elle verse ses larmes dans de grands fleuves de détresses et de S.O.S tout en appelant à l'aide dans un élan pourtant invisible. Nous en avons pris conscience et nous voulons que vous voyiez cette lueur. Cette lueur d'espoir qui brille dans nos yeux pour sauver notre belle planète.

Nous sommes des élèves sensibilisés aux médias dans la classe EMI du Collège Ambrussum et sommes investis dans le projet de Photojournalisme avec Samuel Bollendorf  et le CIP de Perpignan. Samuel Bollendorf est un photographe ayant un œil nouveau sur le monde qui nous entoure. Après avoir visité l'exposition internationale de « Visa pour l'image » à Perpignan, nous avons partagé nos idées, nos points de vue et notre détermination avec Samuel Bollendorf. Comment je vois ma planète ? C’est la question que nous nous sommes posée.

Pour y répondre, sept regards différents, mais reliés entre eux, 7 plaidoyers pour la nature.

  • De l'air de l'air, de l'air de Cara Sébastia-Louis

La beauté d’un ciel, la transparence de l’air, la menace silencieuse des composants toxiques liés à l’activité de l’homme

  • Un bois pourquoi faire ?  de Lily Canto

L’énorme paradoxe d’un joli bois où des arbres ont été remplacés par du plastique, du béton et du métal pour aménager un parcours sportif destiné à s’aérer et être en pleine forme.

  • La résistance du petit riu  de Samy El Hilali

Un petit ruisseau résiste et continue de rendre beau ce chemin détourné qui me mène au collège. Il résiste avec l’aide des riverains qui le débarrassent régulièrement des détritus.

  • La révolte de nos déchets de Maéva Hombourger

Une pensée empathique pour nos objets inutiles, nos déchets et les lieux qui les accueillent bien malgré eux.

  • Menace sur nos imaginaires de Ilyasse Harnafi

Menace sur le bel imaginaire forgé par les livres de notre enfance, et qui nous incite à « aimer » les animaux. Mais un selfie innocent en compagnie d’un mignon petit lémurien ou d’un fauve en voie de disparition accélère leur extinction. La plupart de nos actions aujourd’hui y contribuent plus ou moins

  • Un tableau blanc pas vert du tout de Anthony Catz

Une réflexion sur l’usage du tableau effaçable et son lot de feutres consommables, effaçables, jetables, pas rechargeables, coupables. Mais où vont-ils donc ?

  • Et maintenant, Qu'allons-nous faire ? de Elodie Jarlet

Un vibrant plaidoyer pour la terre et pour nous, pour que l’avenir soit encore plein de poésie.

 

Vous penserez peut-être que nous sommes rêveurs ou idéalistes, mais nous sommes seulement un groupe de personnes solidaires et qui souhaitent changer les choses. Notre travail sera exposé le 05 mai 2020 au CIP – Couvent des minimes Perpignan et le 02 juillet 2020 aà la Casa de Cultura de Gérone. Lors de la semaine de la presse et des médias dédiée aux élèves de 4eme, une partie sera montrée au collège. Vous pouvez déjà voir à travers nos yeux, cette lueur, elle est toujours présente.

Elodie, 4e