9- L'entretien

L'entretien

(réception du public, informations sur la dimension autobiographique, éléments concernant la mémoire)

Nous avons eu la chance de participer à cette intervention de théâtre, qui s'appelle « Collège en tournée ».

92% de notre classe de 4°2 a adoré ce projet, mais 6% ne l'on pas apprécié. La plupart a trouvé ce dernier amusant.

Après le spectacle, pendant la deuxième heure, Yannick Guégan nous a fait part de son enfance et de son adolescence. Il nous a présenté son histoire sous forme de spectacle pendant la première heure, avec des informations plus ou moins vraies. Cet entretien avec lui nous a éclairés.

Par exemple : auparavant, il nous a dit qu'il pensait vraiment que son hippocampe était défectueux. L'hippocampe est une structure du cerveau qui ressemble à l'animal. C’est pour cela qu'on l’a nommé l'hippocampe.

Il est aussi en interaction avec d'autre structures, il est comme la porte de la mémoire (souvenir spatial, sensoriel...), il est essentiel pour la détection des variations et du stress et il est aussi essentiel à notre survie : il sélectionne les informations sinon on deviendrait fou si l’on retenait tous les détails de notre vie.

Yannick Guégan a réellement consulté une mnémoniste, il a eu son bac avec difficulté et il s'est vraiment servi du football en remplaçant les philosophes par des joueurs pour retenir ses leçons, comme il nous l'a montré pendant la pièce de théâtre, et aussi pour réussir son bac.

Comme ses parents lui causaient un grand stress à propos de ses notes pendant ses années de collège, il nous a raconté qu'il utilisait les agents d’entretien, qu'il l'avait auparavant défendus, pour récupérer les sujets de ses contrôles. Et il s est vraiment servi d'antisèches pour tricher ! Par contre, il n'a jamais voulu être mnémoniste et l'ange et le diable n’ont sûrement jamais existé.

Les inconvénients de jouer dans une salle de classe sont que l'on voit les spectateurs alors que dans un théâtre, les spectateurs ne sont pas visibles car ils sont dans le noir. Dans un théâtre, il fait sombre, et les spectateurs sont déjà intéressés par le spectacle. Dans une classe, il y a de la lumière, ce qui fait que l’on voit les spectateurs, les acteurs sont moins à l’aise et il faut donner l'envie aux élèves d'être plus intéressés par ce qu'il se passe.

De notre côté, nous étions dans un endroit que l'on connaît bien, cela nous a mis en confiance.

C’était la première fois que nous discutions avec des artistes. Toute la classe était ravie de les accueillir dans notre salle de français. Les acteurs étaient ouverts et accessibles à la discussion. La classe a pu poser beaucoup de questions.

Merci à ces acteurs « fantastiques » d'être venus nous renseigner sur l’art du théâtre, dans notre classe.

Aurélie, Barthélemy et Léa.