7- Le jeu des acteurs

Les acteurs de S’Embrasent se prénomment : Béatrice PICARD, Alexandra CYR (ou Francesca BÁRCENAS), Talia HALLMONA, Mathieu GIRARD (ou Maxime DESJARDINS) et Christian BARIL.

Ces derniers étaient drôles, collaient bien à leurs rôles et avaient l’air motivés par ce qu’ils faisaient. La représentation était dynamique et pleine de vie. L’auteur de la pièce (Luc TARTAR) a étonnement laissé libre choix aux acteurs de dire le texte sans ordre particulier, c’est en effet ce que révèle la lecture de la pièce qui se présente sans didascalie ni mention de destinateur des répliques.

Les acteurs chantaient plusieurs chansons sur scène afin d’exprimer les sentiments des personnages dans la pièce. Lorsqu’un comédien chantait, il dansait en même temps et les autres personnages le regardaient en restant immobiles. Il chantait en solo, rarement en duo, ou tout ensemble.

Leur jeu respirait la jeunesse et la simplicité, il était assez inattendu : témoins d’un baiser dans la cour de leur école, tous soupirent, leurs corps « S’embrasent » secoués par le désir d’être à la place de Jonathan et Latifa. Ce désir se traduit dans leurs mots et dans leur corps.

Les lycéens, chargés de sentiments extrêmes (notamment à un moment tous donnaient l’impression de s’envoler en se tenant sur la pointe des pieds et en reprenant leurs positions initiales tout en répétant le mouvement un certain nombre de fois), passaient naturellement et naïvement d’un état dépressif, de doute, de peur (souvent reconnaissable grâce à la musique et à la lumière) à un état d’oubli provoqué par la musique qu’ils chantaient ou par les blagues de leurs camarades.

Un cinquième acteur (Béatrice PICARD) jouait le rôle d’une personne âgée habitant en face du Lycée. Elle observait ce qu’il se passait dans la cour de récréation du haut de sa fenêtre et était tout comme les autres fascinée par la scène de baiser qui venait de se produire. Celle-ci se rappelait de sa jeunesse et désirait continuer d’en profiter. La « rescapées de la canicule », comme elle s’appelle elle-même, se déplaçait beaucoup moins que les autres acteurs : elle restait debout immobile ou s’asseyait sur un divan. De plus les acteurs changeaient parfois de rôle : certains devenaient père, mère, frère ou sœur, en se faisant spontanément nommer du nom du rôle qu’ils prenaient, par exemple : un adolescent devenait mère et se faisait tout d’un coup appeler « Maman ».

Le jeu de ces acteurs était touchant, il respirait la jeunesse et la motivation, si bien que chacun a pu s’identifier aux personnages.

Nathan et Pierre, 4ème 1.