2- Exercices théâtraux avec Stéphane LAUDIER

L’intervention de Stéphane LAUDIER, deuxième heure.
Exercices théâtraux sur les trois premières scènes de Don juan, amère mémoire de moi.

Le 18 janvier 2013, Stéphane LAUDIER, ancien acteur désormais metteur en scène, est venu nous présenter la pièce à laquelle nous avons assisté la semaine suivante : Don juan, amère mémoire de moi. Après nous avoir présenté les origines de la pièce durant la première heure, nous sommes allés dans la salle où répète l’atelier théâtre pour jouer les trois premières scènes de la pièce.

La classe a été séparée en cinq groupes de cinq ou six élèves. Le premier groupe a construit l’espace du couvent en le représentant de l’intérieur, il a commencé par faire un dessin de l’espace puis l’a mis en place pendant que le deuxième groupe a construit l’espace du confessionnal en mettant deux tables face à face. Le troisième groupe, sous les conseils du metteur en scène, a travaillé sur le jeu dramatique. La première scène devait représenter une femme qui déposait un couffin devant le couvent, elle a été jouée quatre fois. Elle devait être jouée de plus en plus tragiquement par les différentes actrices. Le quatrième et le cinquième groupe ont eux aussi travaillé le jeu dramatique. La deuxième scène était dialoguée : trois acteurs ont joué la scène dans le confessionnal, sous les conseils de deux élèves metteurs-en-scène et de Stéphane LAUDIER.

La démarche suivie par tous les groupes était la suivante : au tout début, chaque groupe s’est concerté pour savoir comment il allait s’organiser. Chaque groupe a présenté ensuite son travail devant toute la classe, puis a écouté la critique du metteur en scène.

A la fin de l’heure Stéphane LAUDIER a déclaré : « Il y avait une bonne scénographie parce que l’espace global était grand et qu’il y avait quatre espaces distincts. L’intérieur du couvent a été très bien représenté. Concernant l’interprétation de la scène 1, la consigne était de proposer des interprétations différentes, ce que l’on peut considérer comme réussi. Concernant l’interprétation de la scène 2 il s’agissait de mener d’une réflexion autour du texte. »

En conclusion Stéphane LAUDIER a déclaré que cela avait été un travail très rapide qui avait abouti à une interprétation intéressante, à comparer à celle du spectacle à voir. Nous conclurons en citant ses dernières paroles : « Une interprétation n’est jamais neutre, il y a autant d’interprétations que de metteurs en scène et autant que d’acteurs. »

DYLAN C. et MORGAN, 4ème 6.